Athens: Third antifascist motorcycle demo clashed with neo-Nazis; police attacked the demo in retaliation

Anarchist banner in Kamara, Thessaloniki: “Solidarity with the arrestees of the antifascist motorcycle demo – Athens – Evelpidon courts, 4/10”

__

The night of September 15th saw the first motorcycle patrol through Athens centre with flypostering and protest chants against neo-Nazi attacks. On September 22nd another antifa motorcycle demo was realized successfully.

In the evening of Sunday, September 30th, a third antifascist intervention–motorcycle patrol passed through downtown locations, but was soon hindered by fascist scum. Consequently, comrades trashed nearly three neo-Nazis close to Phylis street in the sector of Aghios Panteleimonas, downtown Athens. At approximately 9pm, while one of the fascists was still lying wounded on the ground, the demo’s last motorcycles were attacked in retaliation by several thugs of the DELTA motorcycle police unit.

Almost all of the antifascists on motorbikes were chased and attacked, first in the vicinity of Amerikis square (not far from the Tanzanian community centre, which was ransacked by fascists only a few days ago), then on Alexandras avenue, but also as they were heading back to Exarchia. There, also, a couple of youths were persecuted and detained by cops. Several motorbikes were left behind and eventually confiscated by the police. Soon thereafter, many comrades gathered in the central Athenian squats in defense of the sites.

Among an unconfirmed number of comrades injured by cops, one antifascist was seriously wounded. Nearly 23 people who took part in the action were initially reported missing. Among them, 15 were arrested at different locations and held in the police headquarters on Alexandras Avenue, without access to any lawyer.

A gathering was called for Monday noon, October 1st, at Evelpidon courts in solidarity with the arrestees. The proceeding was delayed and finally postponed for Thursday, while the gathering was attended by more than 300 comrades. In the evening, various police units attacked furiously the supporters inside the courtyard and persecuted them in nearby streets, resulting to numerous detentions —4 were later turned into arrests.

The 15 antifascists that were arrested on 30/9 are still held in the police headquarters —due to appear in Evelpidon courts in the morning of Thursday 4/10. The 4 comrades arrested on 1/10 will be held in the police headquarters until Friday 5/10, when they will probably undergo trial in Evelpidon courts.

Antifascists who took part in the action have not yet released their own version of events, but notified there is a need to raise more than 10,000euros for legal expenses and monetary bails. Furthermore, in the late evening of Wednesday 3/10, they called for an open assembly in the Polytechnic School to discuss latest updates on the 15 arrestees of the antifascist intervention-patrol (30/9), the 4 arrestees of the solidarity gathering in Evelpidon courts (1/10) and upcoming actions. The assembly was attended by more than 300 supporters.

On the same night, a video of the intervention on 30/9 was released, containing footage shortly before the repressive strike. In addition, all 19 hostages in the police headquarters sent out a first reportback:

Wednesday, October 3rd, 2012
A few words from the detention cells on the 7th floor of the Athens police headquarters

Although three days have already passed since our arrest during the antifascist motorcycle demo and flypostering (on Sunday 30/9), we think it’s good to clear up a few things even now.

After a manifest call-out on Sunday 30/9, an antifascist motorcycle demo and flypostering took place in downtown Athens, which started off from Exarchia. This demonstration came as a response to fascist pogroms and attacks against immigrants that are carried out in several areas of central Athens by fascist gangs, who are disguised as ‘committees of residents or shopkeepers’ and act with the assistance of official state gangs.

Right now, we’re not interested in analyzing or explaining here the given and hackneyed relation of Golden Dawn/Chrissi Avgi with the Greek Police.

Just after the patrol was attacked by Goldendawners(-citizens), there was an onslaught by cops of the DELTA motorcycle police unit, who followed the rear of the demo but also drove parallel alleys.

In the end 15 antifascist fighters were caught, both women and men. They were injured to various parts of their bodies, like the head, arms and legs, while cops also used taser guns (electroshock weapons).

We were brought to the 6th floor of the Athens police headquarters, in front of the department of state constitution protection, where the night was accompanied by beatings, threats, hair pulling, and burnings from the DELTA teams who took our picture for their private photo albums while keeping watch to us.

Threats such as ‘Now that we know who you are, we will bury you just like your grandparents in the Civil War’ are indicative of the terrorism that the cretin praetors of the DELTA teams tried to inflict on us. At the same time, we were not allowed to communicate with lawyers or doctors for 19 consecutive hours. The next day, after they made a transfer–show in order to take our suspect profiles, they ultimately brought us to the courts of the former Evelpidon military school.

While we still remained at the courts, anti-riot police forces attacked the gathered solidaritarians, beating up fiercely many of them. A total of 25 people were detained, and ultimately 4 arrestees were indicted. From the moment of their arrest, they were transferred onto the 6th floor of the police headquarters, where cops implemented a similar tactic of intimidation, including humiliating body searches. After an unprecedented vengeful decision, the temporary detention of the 4 arrestees was prolonged for three more days (until Friday), while the temporary detention of the 15 initial arrestees was extended until Thursday.

They brought us to the detention cells on the 7th floor of the police headquarters, in an overcrowded ward (intended for 30 people, while at the moment 80 people ‘live’ there in incredibly squalid conditions), in an attempt to ‘break our nerves’. However, we encountered a truly exceptional feeling of solidarity from people that have been ‘forgotten’ up to three months in this place.

Amidst the ‘economic crisis’ more and more people are driven to poverty and destitution, social cannibalism is being rewarded as virtue, fascism is raising its head in our localities and neighbourhoods, the State’s offensive is being intensified at all levels; amidst this period, options that promote self-organization, solidarity, comradeship and direct action are those that can not only stand in the way of fear, which they try to impose on our lives, but as the prospect of a different social organization.

You need to deeply grasp what fascism is really about.
Fascism won’t simply die on its own; you need to trash it.

Arrestees of 30/9 and 1/10
(Some among us, proud progenies of anarcho-communist brigands/symmorites.)

από Contra Info 04/10/2012 1:23 μμ.


Athènes : La troisième patrouille antifasciste à moto affronte des néo-nazis; la police attaque la manif en représailles

Banderole anarchiste à Kamara, Thessalonique : “Solidarité avec les arrêtés de la manifestation antifasciste à moto – Athènes – Tribunal d’Evelpidon 4/10″

__

La nuit du 15 septembre a vu la première patrouille à moto dans le centre d’Athènes avec des distribution de flyers et des slogans contre les attaques néo-nazies. Le 22 septembre, une autre manifestation antifasciste à moto fut réalisée avec succès.

Dans la soirée du dimanche 30 septembre, une troisième intervention-patrouille antifasciste à moto passait dans le centre d’Athènes, mais a vite été entravée par des néo-nazis. En conséquence, les compagnons en ont environ démolis trois près de la rue Phylis, dans le secteur d’Aghios Panteleimonas, dans le centre  d’Athènes. À environ 21h00, alors qu’un des fascistes gisait toujours à terre, blessé, les dernières motos de la manifestation ont été attaqué en représailles par plusieurs brutes de l’unité de police à moto DELTA.

Quasiment tout les antifascistes à moto ont été prise en chasse et attaqué, d’abord dans le voisinage de la place Amerikis (non loin du centre de la communauté tanzanienne qui a été mis à sac par des fascistes il y a de ça quelques jours), ensuite dans l’avenue Alexandras, mais aussi alors qu’ils se dirigeaient vers Exarhia. Là aussi plusieurs jeunes ont été persécuté et arrêté par les flics.Plusieurs motos ont été laissé en plan et éventuellement confisquées par la police. Peu de temps après, les camarades se sont rassemblés dans les squats du centre d’Athènes afin de défendre les lieux.

Parmi un nombre non confirmé de compagnons blessés par les flics, un antifasciste a sérieusement été blessé. Pas loin de 23 personnes qui ont participé à l’action ont initialement été reporté manquant… Parmi eux, 15 ont été arrêté dans différents lieux et enfermé au quartier général de la police [GADA] dans l’avenue Alexandras, sans aucun accès aux avocats.

Un rassemblement a été appelé pour le lundi 1er octobre à 13h00 au tribunal d’Evelpidon en solidarité avec les arrêtés. La procédure a été reportée à jeudi, alors qu’assistaient au rassemblement plus de 300 compagnons. Dans la soirée, plusieurs unités de police ont sauvagement attaqué les personnes venus en solidarité au sein du tribunal et les ont harcelé dans les rues aux alentours, avec pour résultat plusieurs détentions (4 d’entre-elles se sont transformées par après en arrestations).

Les 15 antifascistes qui ont été arrêté le 30/9 sont toujours détenus à GADA – ils doivent passer devant le tribunal le jeudi 4/10 au matin. Les 4 compagnons arrêtés le 1/10 vont être détenus à GADA jusque vendredi, le 5/10, date à laquelle ils vont probablement passer en procès au tribunal d’Evelpidon.

Les antifascistes qui ont pris part à l’action n’ont pas encore publié leur propre version des  événements mais ont notifié qu’il y a un besoin de collecter plus de 10.000 euros pour les dépenses légales et cautions. De plus, tard dans la soirée du mercredi 3/10 , ils ont appelé à une assemblée ouverte à l’École Polytechnique pour discuter des dernières informations sur les 15 arrêtés de la patrouille-intervention antifasciste (30/9), des 4 arrêtés lors du rassemblement de solidarité au tribunal d’Evelpidon (1/10) et des actions à venir. L’assemblée a été suivie par plus de 300 sympathisants.

La même nuit, une vidéo de l’intervention du 30/9 a été publiée, avec des prises peu avant le coup répressif. De plus, tous les 19 otages à GADA ont envoyé un premier retour :

Mercredi 03 octobre 2012.
Quelques mots des cellules de détention du 7em étage du quartier général de police d’Athènes.

Bien que trois jours aient passés depuis notre arrestation lors de la manifestation antifasciste à moto et collage le dimanche 30 septembre, nous pensons qu’il est bon de clarifier quelques trucs même maintenant.

Après un appel ouvert le dimanche 30 septembre, une manifestation antifasciste à moto et collage, qui est partie d’Exarchia, s’est déroulée dans le centre d’Athènes. Cette manifestation venait en réponse aux pogroms fascistes et attaques contre les immigrés qui se trouvent dans plusieurs quartiers du centre d’Athènes par des gangs fascistes déguisés en “résidents” ou “comités de commerçants”, soutenus par les gangs étatiques officiels.

Là tout de suite, nous ne sommes pas intéressés d’analyser ou expliquer ici les relations connues et rabattues entre Aube Dorée [Chrissi Avgi] et la police grecque.

Juste après que la patrouille est été attaqué par des partisans d’Aube Dorée(-citoyens), il y a eu un assaut de la part des flics de l’unité de police à moto DELTA, qui ont suivi l’arrière de la manif mais sont aussi passés dans les rues parallèles.

Au final, 15 combattants antifascistes ont été attrapé, hommes et femmes. Ils ont été blessé à différents endroits de leurs corps, comme la tête, les bras et jambes, alors que les flics ont aussi utilisé des tasers (armes qui causent des chocs électriques).

Nous avons été emmenés au 6em étage du quartier général de la police, en face du département de la protection de la constitution étatique, où la nuit fut accompagnée de tabassage, menaces, tirage et brûlage de cheveux de la part des équipes de DELTA qui ont pris nos photos pour leurs albums privés alors qu’ils continuaient à nous garder.

Des menaces telles “Maintenant nous savons qui vous êtes, nous allons vous enterrer comme vos grands-parents pendant la guerre civile” sont révélatrices du terrorisme que ces crétins prétoriens des équipes DELTA ont tenté de nous infliger. Au même moment, nous n’étions pas autoriser à communiquer avec des avocats ou des médecins pendant 19 heures consécutives. Le jour suivant, après qu’ils aient fait un transfert – un spectacle afin de prendre nos profils suspects, ils nous ont en fin de compte emmené au tribunal de l’ancienne école militaire d’Evelpidon.

Alors que nous étions toujours au tribunal, les forces de police anti-émeute ont attaqué les personnes solidaires rassemblées, battants férocement nombre d’entre eux. Un total de 25 personnes ont été détenu, et au final 4 arrêtés ont été inculpé. Depuis le moment de leur arrestation, ils ont été transféré au 6em étage du quartier général de la police, où les flics mirent en place la même tactique d’intimidation, incluant des fouilles corporelles humiliantes. Après une décision vengeresse sans précédent, la détention provisoire des 4 arrêtés a été prolongé en trois jours de plus (jusqu’à vendredi), et la détention provisoire des 15 premiers arrêtés fut étendue à jeudi.

Ils nous ont amené aux cellules de détention du 7em étage du quartier général de la police, dans un quartier surpeuplé (prévu pour 30 personnes alors qu’en ce moment 80 personnes “vivent” là dans des conditions incroyablement sordides), dans une tentative de “briser nos nerfs”. Malgré tout, nous avons rencontré un sentiment de solidarité sincère exceptionnel des gens qui ont été “oublié” depuis plus de trois mois dans cet endroit.

Au sein de la “crise économique” de plus en plus de gens se dirigent vers la pauvreté et la destitution, le cannibalisme social est récompensé comme une vertu, le fascisme montre sa tête dans nos localités et quartiers, l’offensive de l’État s’intensifie à tous les niveaux; dans cette période, des options qui promeuvent l’auto-organisation, la solidarité, la camaraderie et l’action directe sont celles qui, non seulement, peuvent tenir dans ce chemin de la peur qu’ils essaient d’imposer dans nos vies, mais sont aussi la perspective d’une organisation sociale différente.

Vous avez besoin de profondément saisir ce qu’est vraiment le fascisme
Le fascisme ne mourra pas simplement de lui-même; vous avez besoin de l’écraser.

Les arrêtés du 30/9 et du 1/10
(Quelques uns parmi nous, fiers descendants de brigands anarcho-communistes/symmorites.)

Προσθέστε περισσότερες πληροφορίες

To μέγιστο μέγεθος των αρχείων είναι 16ΜΒ. Επιτρέπονται όλες οι γνωστές καταλήξεις αρχείων εικόνας,ήχου, βίντεο. ΠΡΟΣΟΧΗ! Για να υπάρχει η δυνατότα embed ενός video πρέπει να είναι της μορφής mp4 ή ogg.

Νέο! Επιλέξτε ποιά εικόνα θα απεικονίζεται στην αρχή του σχόλιου.

Creative Commons License

Όλα τα περιεχόμενα αυτού του δικτυακού τόπου είναι ελεύθερα προς αντιγραφή, διανομή, προβολή και μεταποίηση, αρκεί να συνεχίσουν να διατίθενται, αυτά και τα παράγωγα έργα που πιθανώς προκύψουν, εξίσου ελεύθερα, υπό τους όρους της άδειας χρήσης Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License